fbpx

Concert

///

Le concert de Beyoncé à Soweto fait des étincelles à la sortie

Les Sud-Africains attendaient cela depuis quatorze ans. Beyoncé et Jay-Z ont donné un concert, le 2 décembre, pour le centenaire de la naissance de Nelson Mandela. Mais l’événement a été terni par un déferlement de violence.

Quatorze ans ! Quatorze ans que les fans sud-africains de Beyoncéattendaient désespérément de la voir se produire sur leurs terres. Si la superstar américaine revendique volontiers son africanité, ses tournées mondiales ont jusqu’à présent systématiquement évité ce continent. Tête d’affiche du concert grandiose organisé le 2 décembre en l’honneur du centenaire de la naissance de Nelson Mandela, « Queen B » est venue réparer cet affront avec une prestation à la hauteur des attentes.

Mais le petit nuage sur lequel planait la « nation arc-en-ciel » les jours précédant sa venue a vite été dissipé. Tous n’ont pas eu la chance de bénéficier de cette occasion historique : la retransmission télévisée a été coupée au bout de vingt-cinq minutes, selon les directives de la production, générant une profonde frustration sur les réseaux sociaux. Surtout, les scènes de chaos et de violence qui se sont déroulées aux abords du FNB Stadium de Soweto à la fin du spectacle laissent un goût profondément amer.

A l’origine, un hommage à Mandela

Ce 2 décembre, le plus grand township de Johannesburg n’a jamais connu un tel déferlement de stars planétaires : Usher, Pharrell Williams, Ed Sheeran et Eddie Vedder mais aussi les Africains Wizkid et Tiwa Savage… Plus de neuf heures de show, entrecoupé d’interventions de dirigeants et d’activistes, et présenté par l’humoriste sud-africain Trevor Noah. Du jamais-vu. L’événement était organisé par Global Citizen, une « plate-forme d’action » qui s’est promis « d’éradiquer la pauvreté d’ici à 2030 », en montant des concerts dans les grandes capitales pour lever des fonds.

Alors que très peu de places étaient en vente, la plupart des spectateurs ont pu se procurer leur billet gratuitement en soutenant la campagne sur les réseaux sociaux et en menant des actions de charité. Au final, l’hommage à Mandela, honoré toute l’année jusqu’à plus soif, a rapidement été éclipsé par la venue de la célébrité la plus puissante au monde. La dernière fois que la chanteuse de 37 ans s’est produite dans ce pays africain, c’était en 2004, et elle faisait encore partie des Destiny’s Child.

Après des heures d’attente, l’apparition surprise d’Oprah Winfrey et un ultime discours (trop) long du président sud-africain Cyril Ramaphosa, le couple royal – Beyoncé et Jay-Z – est apparu au sommet d’un échafaudage géant monté sur scène. Écran gigantesque, feux d’artifices, jets de flamme : pendant près de deux heures, le tandem a reproduit une partie de son dernier spectacle, On the Run II, enchaînant tubes et costumes extravagants. « C’est si bon d’être à la maison », a même lancé la chanteuse, au grand ravissement du stade bondé.

Panique généralisée

Le basculement s’est produit une fois le concert terminé, alors que le public quittait le stade par cohortes. Toutes les routes attenantes étant bloquées par la circulation, des dizaines de personnes se sont rendues à la station de service la plus proche pour y attendre leur Uber. Las, un gang de jeunes en a profité pour arracher des portables et des sacs, donner des coups de couteau et tenir en joue des spectateurs apeurés, déclenchant une panique généralisée.

« C’était à la fois le plus beau et le pire jour de ma vie. » Une spectatrice

Le lendemain de l’événement, les dizaines de témoignages relatant sur les réseaux sociaux les scènes d’horreur ont fait l’effet d’une gueule de bois collective. « C’était un désastre. Je n’ai jamais vu une telle désorganisation lors d’un concert, la police n’a pas levé le petit doigt », a écrit sur Facebook le populaire animateur de radio Eusebius McKaiser, qui s’en est sorti avec quelques égratignures. Pour couronner le tout, le prix des courses sur Uber a été multiplié par cinq.

« C’était à la fois le plus beau et le pire jour de ma vie », a résumé une spectatrice en un Tweet. Face au scandale, l’Afrique du Sud cherche désormais les responsables. Les organisateurs, chargés d’assurer la sécurité, devront répondre de leurs manquements. Quelques jours plus tôt, un concert du groupe Guns N’ Roses s’est déroulé au même endroit sans incident. Il ne s’agirait pas de réduire ces débordements au contexte sécuritaire difficile de Soweto, qui pourrait dissuader d’autres têtes d’affiche de venir au pays de Mandela.

////

VIDÉO – Beyoncé, star du concert pour le centenaire de la naissance de Mandela

Le concert à Johannesburg était le point culminant d’une série d’événements organisés pour le centenaire de la naissance, le 18 juillet 1918, de Nelson Mandela.
Ed Sheeran, Jay-Z, Pharrell Williams, Usher et Beyoncé étaient les têtes d’affiche d’un concert à Johannesburg organisé pour le centenaire de la naissance, le 18 juillet 1918, de Nelson Mandela, figure historique de la lutte contre l’apartheid. Il s’inscrivait aussi dans le cadre d’une campagne destinée à éradiquer la pauvreté et la malnutrition infantile et à améliorer l’égalité entre les sexes.
Beyoncé a interprété plusieurs de ses titres phares et a également chanté en duo avec Ed Sheeranau stade de Johannesburg, qui peut accueillir 94.736 personnes. Des milliers de fans, dont beaucoup avaient obtenu des billets gratuits en récompense de leur engagement militant, se sont rendus au stade plusieurs heures avant le début du concert.
Outre une brochette de stars mondiales, dans laquelle figurait également Chris Martin, du groupe Coldplay, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a accueilli ses homologues Nana Akufo-Addo (Ghana), Paul Kagame (Rwanda) et Julius Maada Bio (Sierra Leone). Pharell Williams a reçu un accueil enthousiaste pour son interprétation de Get Lucky.
La foule a également réagi avec émotion lorsque Beyoncé, vêtue d’une robe rose et rouge, a rendu hommage à Nelson Mandela et a entonné l’un de ses titres phares, XO ou encore Halo
//

Elton John annule un concert au dernier moment et provoque la colère de certains fans

Le public de l’Amway Centre d’Orlando a appris que le chanteur ne viendrait pas une demi-heure après l’heure de début prévue pour le concert mercredi soir. D’où leur agacement.

À ce stade, ce n’est même plus du retard. Mercredi au Amway Centre d’Orlando, en Floride, les fans d’Elton John ont appris que leur idole annulait son concert, près d’une demi-heure après l’heure de début annoncée de celui-ci, rapporte la presse américaine. Et ce, alors que le spectacle affichait complet, les 20.000 billets pour cette date de la longue tournée d’adieu internationale du chanteur septuagénaire – trois ans de concerts à travers le monde – ayant été vendus. La raison invoquée pour justifier cette annulation plus que tardive? Elton John souffre d’une infection de l’oreille.

Les fans, dont beaucoup étaient arrivés très en avance et attendaient depuis deux heures dans la salle, ont été prévenus de l’annulation via un message posté par la salle de spectacle sur Twitter. Un mode de communication pour le moins froid, même si le Amway Centre s’est engagé à planifier une nouvelle date de concert de l’interprète de Candle in the Wind, invitant les spectateurs déçus à conserver leurs billets.

Des spectateurs déçus d’avoir dépensé pour rien

La promesse d’une nouvelle date n’a pas empêché les aficionados du chanteur d’exprimer leur déception sur les réseaux sociaux. Beaucoup de personnes regrettent d’avoir dépensé de l’argent pour rien, en parking, goodies, nourriture, boissons, voire en chambre d’hôtel pour les fans ne résidant pas à Orlando. Elles déplorent de ne pas avoir été prévenues plus tôt, estimant que l’artiste était forcément souffrant depuis déjà plusieurs heures. D’après la salle de concert, Elton John a prévenu au dernier moment les organisateurs qu’il ne pourrait pas assurer le spectacle.

L’artiste espérait jusqu’au bout assurer son engagement

Certains fans trouvent a contrario des excuses à la star de la pop pour cette défection de dernière minute. Pour eux, si Elton John a agi ainsi, c’est qu’il espérait jusqu’au bout assurer ce rendez-vous avec son public. Une version confirmée par un message posté sur le compte Twitter du chanteur. «Nous sommes sincèrement désolés», peut-on lire dans ce post. «Elton prend des antibiotiques pour combattre une infection de l’oreille et nous espérions que cela permettrait de combattre l’infection à temps pour assurer le concert d’Orlando.»

La star a bien fait le voyage jusqu’à Orlando, mais a renoncé au dernier moment car il ne se sentait pas assez en forme et que ses médecins lui déconseillaient de chanter. La star ne chantera pas non plus jeudi soir à Tampa, en Floride. Il est bien possible que d’autres dates soient annulées: Elton John compte «prendre quelques jours de repos pour éliminer l’infection». Mais promet d’être de retour sur scène «le plus vite possible».

//

Le légendaire Mark Knopfler, leader de Dire Straits, en concert à Lyon en 2019

Mark Knopfler, qui présentera son dernier album solo, n’était plus venu en France depuis quatre ans.
Le fondateur du groupe de rock britannique Dire Straits, Mark Knopfler, sera en concert à Lyon le mercredi 19 juin, à la halle Tony Garnier.
Un concert qui s’inscrit dans le cadre de sa prochaine tournée européenne, dont il vient d’annoncer les dates. En France, le guitariste de légende passera par Bordeaux, Toulouse, Strasbourg, Paris et Nîmes.
Les billets sont en vente
Mark Knopfler n’était plus venu en France depuis quatre ans. Le musicien viendra présenter son nouvel album, Down The Road Wherever, dont la sortie est prévue pour le 16 novembre.
Les billets sont en vente depuis ce vendredi 2 novembre.
Mark Knopfler le mercredi 19 juin à la halle Tony Garnier. De 55 à 88 euros. Points de vente habituels: Ticketnet, Fnac spectacles, France billet, Carrefour spectacle, Digitick, etc.
////

La pianiste Yuko Sonoda propose un concert d’orgue et piano à l’église Saint-Alban

Très attachée à la commune, la pianiste propose un concert d’orgue et piano, dimanche 4 novembre, à l’église Saint-Alban. Un événement proposé dans le cadre de la restauration de l’église.
Yuko Sonoda est Japonaise, mais sa belle famille est installée à Elven depuis 50 ans. « J’y viens souvent, depuis 15 ans, et j’y suis très attachée,raconte la musicienne. L’été dernier, Marcel Jégousse, délégué au patrimoine, m’a entendu jouer à l’orgue lors d’une messe dominicale et m’a demandé s’il était possible que je donne un concert. Comme j’ai plutôt une formation de pianiste, j’ai proposé un concert orgue et piano. »
L’artiste s’est déjà produite dans la région, à La Lucarne d’Arradon, et aux Carmes de Vannes. Mais encore jamais devant les Elvinois. « C’est pour cela que le projet m’a immédiatement enthousiasmé. »
Un répertoire entre fin XIXe et début XXe siècle
C’est une chance pour la commune de recevoir cette virtuose, qui a obtenu plusieurs prix au Japon et en France. Yuko Sonoda a suivi sa formation de pianiste à Kyoto et Osaka, au Japon. Puis elle est venue en France pour se perfectionner. Elle a notamment suivi une formation à l’enseignement au Conservatoire national supérieure de musique et de danse de Paris, et en a obtenu le Certificat d’aptitude en 2013.« J’ai enseigné à Bourges, pendant trois ans. Actuellement, j’enseigne dans les conservatoires de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) et Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne) . »
Pour ce concert, elle a choisi, comme fil conducteur, différentes sensibilités du répertoire piano et orgue crée à la fin du XIXe et au début XXe siècle, afin de confronter différentes esthétiques.« Je suis très contente de pouvoir partager, avec le public elvinois, des œuvres qui me touchent. Tout le monde peut venir car se sont des musiques très accessibles. »
Un concert au profit de la restauration de l’église
Elle proposera, entre autres, à l’orgue, des œuvres de Jean-Sébastien Bach, César Franck, Léon Boëllmann. Au piano, du Chopin et Claude Debussy. « C’est une grande chance de profiter de l’orgue qui a, probablement, été fabriqué à la fin du XIXe siècle. C’est un orgue français d’une sonorité impressionnante et chaleureuse, qui envahit l’espace de l’église d’une magnifique acoustique. » Le piano n’est pas un instrument d’église, mais il permettra à l’auditoire de comparer les deux sonorités.
Ce concert est organisé dans le cadre de la restauration de l’église. « Je suis très heureuse de contribuer, à ma façon et par la musique, à cette restauration. La partie la plus ancienne de celle-ci date de 1525, mais sa forme actuelle date de la fin du XIXe siècle et cela correspond aux œuvres que je vais proposer. »
Dimanche 4 novembre, concert orgue et piano de Yuko Sonoda, à l’église Saint-Alban, à 16 h 30. Participation libre .
//

Concert de célébration du 50ème anniversaire de carrière musicale du guitariste Manuaku Waku

Le jubilé de 50 ans de la carrière musicale de l’artiste guitariste Manuaku Waku connu sous le sobriquet Pepe Felly a eu lieu vendredi à l’Espace 14-10, dans la commune de Lingwala, à Kinshasa, avec la participation de plusieurs orchestres de la capitale et des  opérateurs culturels du monde littéraire.
C’est le cas notamment de l’orchestre « Kin Malebo » qui a exécuté plusieurs chansons de ce vieux guitariste et du poète Olivier Sangi. A son tour  Manuaku Waku alias « Pepe Felly », avec son groupe « New Zaïko », a émerveillé, ses mélomanes, en jouant des titres tels que, « souci Mady », « Eke ya pamba ».
Manuaku Waku qui est un ancien étudiant de l’Académie des Beaux-arts (ABA) de Kinshasa, a été recruté en 1969 avec, Papa Wemba et Jossart N’yoka Longo dans l’orchestre Zaïko Langa Langa. Vers les années 80, il a créé son propre groupe, Le Grand Zaïko Wawa. Etabli à Lausanne en Suisse, il est aussi connu pour avoir inventé le style « Sebene », une combinaison des notes dansantes. Il a joué avec Jimmy Cliff, Jacques Higelin, Ray Lema et bien d’autres, rappelle-t-on.
/

Bukavu : Izulu Jam session de retour chaque samedi

Izulu Jam session de retour dans la ville. À partir de ce samedi 06 octobre 2018, de 16h00 à 17h00, retrouve chaque week-end les artistes du centre culturel Ndaro en live à l’Institut français de Bukavu.
//

Le public satisfait de deux concerts de Zaïko Langa Langa aux Etats-Unis

Pendant un mois, Zaïko Langa Langa classé parmi le patrimoine du Congo n’a qu’une mission, défendre la musique congolaise aux USA, 32 ans après sa tournée au Japon et au Canada.
C’est depuis le 29 août denier que Vieux Bombas Nyoka Longo et ses poulains de Zaïko Langa Langa ont entamé leur tournée musicale, au pays de l’Oncle Sam. Pendant un mois, ce groupe classé parmi le patrimoine du Congo n’a qu’une mission, défendre la musique congolaise sur la scène internationale. Ce périple américain, signale-t-on, intervient 32 ans après la tournée de Zaïko Langa Langa, au Japon et au Canada.
En véritable Chef de peloton, le Président Jossart Jehrsy appelé Ya N’yosh qui dirige cet orchestre depuis le départ du soliste- magicien, Manuaku Waku en 1980, a totalisé ses 65 ans d’âge, le 7 septembre dernier.
Pour la première fois de sa carrière musicale, Mfumu ya Longo a célébré cet anniversaire de naissance, à Los Angeles, où une nuit spéciale a été consacrée en son honneur par la communauté congolaise et ses fans.
Depuis les Etats-Unis, Emmanuel Mbangi dit « Sec Emma », renseigne 
que Zaïko Langa Langa Nkolo Mboka a déjà livré deux spectacles au cours desquels les musiciens se sont très bien comportés sur scène et à la grande satisfaction du public.
«Nous attendons la prolongation des visas pour rejoindre le Canada et continuer sur d’autres Etats américains. La tournée se poursuit normalement. Je vous confirme que l’avènement de Zaïko a été un grand événement en Amérique.
La diaspora congolaise et les mélomanes étrangers ont réservé un accueil chaleureux au Président Nyoka Longo et à l’ensemble de musiciens», a indiqué le Secrétaire général du groupe.
Signalons que c’est une délégation de 19 personnes y compris les nouvelles recrues du groupe, qui accompagne Zaïko à cette tournée américaine. Sauf imprévu, elle pourra bel et bien regagner le pays, le 22 octobre prochain.
Dès son retour à Kinshasa, Vieux Bombas va se concentrer au lancement du nouvel album collectif du groupe qui va succéder au maxi-single «Bande d’annonce» édité en 2011.
Pendant ce temps, l’orchestre se maintient grâce à ses compositions nostalgiques et surtout à ses pas de danses envoutantes telles que «Vimbaaa» et «Mama Siska», «Voler n’est pas bon» continuent à faire rage dans les milieux d’ambiance au pays tout comme à l’extérieur.

Bukavu : Izulu Live dans un concert humanitaire à Irambo (photos)

Dans la soirée du 22 septembre, qu’il faisait bon dans le quartier Nyalukemba à Irambo, à entendre, sous les sons des instruments diverses artistes ainsi que le maestro Thomas Lusango qui ont interprété chacun des chanson qui vous donnaient même envie de danser et tout oublier pour l’instant ! Ce concert en faveur des sinistres d’un catastrophe naturel survenu depuis le mois dernier aura été en effet un réel succès avec une musique rythme et genre variés. Des mélodies qui se sont ainsi croisées tout au long de cette soirée. Au moment de la clôture de l’événement, Thomas Lusango en live de sa chanson, a chaleureusement remercié les habitants [sinistres] d’Irambo, le chef de cellule, ainsi que tout les autres qui ont permis la tenue de ce concert. Quelle belle soirée tournée vers l’humanitaire !
Retrouvez les photos du concert humanitaire organisé, le samedi 22 septembre, par le centre culturel Ndaro.
©SoutherTimes