fbpx

Sam Manegabe

/

L’auteur de Naruto revient avec un nouveau manga au printemps 2019

Samouraï et science-fiction, c’est le programme de « Samurai 8 : Hachimaruden », le projet de Masashi Kishimoto et de son assistant Akira Okubo.

Les fans du ninja aux cheveux blonds étaient aux anges ce week-end. Après trois ans d’absence, l’auteur de Narutodevrait faire son grand retour en avril 2019. C’est au Jump Festa, convention annuelle du magazine japonais Shonen Jump qui publie et édite des mangas, que la bande-annonce de Samurai 8 : Hachimaruden a été diffusée. Le projet réunit Masashi Kishimoto au scénario et son assistant Akira Okubo au dessin. Okubo, qui a travaillé sur le film Boruto (la série spin-off racontant la geste du fils de Naruto), a été entraîné et formé personnellement par le maître Kishimoto pour ce challenge éditorial. Samurai 8 : Hachimaruden sera une série hebdomadaire de type shonen (manga pour adolescent) publiée dans le Weekly Shonen Jump, considéré comme le navire amiral du groupe. Il rejoindra des titres populaires comme Black CloverHunter X HunterOne PieceFood WarDr. Stone et Boruto. Masashi Kishimoto reprend le Japon médiéval qu’il affectionne pour proposer une uchronie cyberpunk. Cela tombe bien, une grande franchise de science-fiction manquait dans le Jump.

Le héros est un jeune garçon doté de prothèse robotique qui rencontre un vieux samurai cybernétisé. Ils devraient vivre ensemble des aventures épiques. « J’aime le style du Japon traditionnel avec ses décors et sa culture ainsi que la science-fiction », a déclaré Kishimoto pendant la Jump Festa. « J’ai décidé de les mélanger pour illustrer cette œuvre. Je vais travailler aussi dur que possible pour rendre ce projet encore plus intéressant que Naruto. »

Samurai 8 : Hachimarudenarrivera-t-il à toucher une nouvelle génération de lecteurs ? C’est tout le challenge de ce shonen qui sera en concurrence directe avec Edens Zero, la récente série de science-fiction de Hiro Mashima publié dans le Weekly Shonen Magazine. Alors que le manga du papa de Fairy Tail ressemble à un One Piece de l’espace avec un ton très jeunesse, le travail de Kishimoto semble un peu plus adulte. La maturité du scénario et de ses personnages faisait déjà partie du succès de Naruto.

Depuis ses 235 millions d’exemplaires vendus, Masashi Kishimoto est considéré comme une légende nippone. Narutobrillait par ses héros hauts en couleur, ses combats épiques, sa créativité ainsi que par ses nombreux rebondissements. Les scènes d’action étaient dessinées avec une efficacité et une fluidité incontestable. La publication des 72 tomes entre 1999 et 2014 avait séduit une nouvelle génération de lecteurs en devenant la troisième série la plus écoulée de tous les temps après One Piece (440 millions) et Dragon Ball (300 millions). Grâce à ses 18 millions d’exemplaires vendus entre 2002 et 2016, Naruto a largement participé à la démocratisation des mangas en France. Alors que la génération 90 avait Dragon Ball ; celle des années 2000 a été bercée par Naruto et One Piece. Actuellement, c’est My Hero Academia qui récolte les louanges des millennials.

//

Justin et Hailey Bieber agrandissent la famille : Voici leur petit Oscar

Justin et Hailey Bieber se sont mariés en septembre dernier et souhaitent fonder une famille. Le couple en accueille le premier membre, un adorable morkie prénommé Oscar !

« J’adore les enfants et j’ai hâte d’avoir les miens. Je dirais qu’à présent, c’est une réalité qui se rapproche« , a récemment confié Hailey Baldwin au magazine Vogue Arabia. Son souhait s’est enfin réalisé : le top model et son mari Justin Bieber présentent leur « fils« , l’adorable Oscar…

@justinbieber compte plus de 103 millions d’abonnés sur Instagram. Il y a publié une nouvelle photo ce week-end. Le chanteur de 24 ans y pose torse nu et coiffé d’un bonnet Supreme, allongé sur un lit. Un craquant morkie, croisement d’un bichon maltais et d’un yorkshire, est assis sur son épaule droite. « Voici notre fils chien, son nom est #Oscar« , écrit Justin en légende.

Oscar fait sensation sur les réseaux sociaux. Il apparaît également sur de petites vidéos publiées par sa mère Hailey Baldwin dans sa story Instagram du samedi 22 décembre. Un(e) internaute lui a également créé un compte, déjà suivi par plus de 500 abonnés.

Justin et Hailey Bieber se sont mariés le 13 septembre dernier à New York et ont entretenu le mystère autour de leur union. Les amoureux échangent régulièrement des mots doux sur les réseaux sociaux et régale leurs millions de followers respectifs.

Leur bébé Oscar est le premier membre officiel de leur famille naissante. Le chiot aura peut-être bientôt un frère ou une soeur humain(e) !

////

Demi Lovato: la chanteuse se confie à ses fans après son overdose!

Demi Lovato a connu une période difficile avec son overdose cet été. Et la jeune femme a décidé de stopper les rumeurs et de répondre à ses fans !

Demi Lovato a connu un gros passage à vidé cet été après avoir frôlé la mort. La chanteuse a fait une overdose le 24 juillet dernier. Pour le moment l’ancienne star Disney reste toujours en phase de désintoxication. Mais le rumeurs vont bon trains concernant son hospitalisation et la chanteuse a décidé d’y répondre en toute honnêteté. MCE vous en dit plus.

DEMI LOVATO RÉPOND AUX RUMEURS

En effet la chanteuse doit lire tout et n’importe quoi sur le réseaux sociaux concernant son état. La jeune femme a fait une overdose le 24 juillet dernier. Pour l’instant elle semble aller mieux mais elle reste encore en période de désintoxication. Et elle a tenu à répondre à se sans et surtout aux rumeurs qui font fureurs sur le réseaux sociaux. Et c’est via son compte Twitter que la jeune femme a tenu à éclaircir certains points concernant son overdose. Demi Lovato a donc parlé à sa communauté de près de 57 millions d’abonnés sur le réseaux social.

« J’aime mes fans, et déteste les tabloïds. Ne croyez pas ce que vous lisez. Les gens inventeront des trucs pour vendre une histoire. Écoeurant », commente-t-elle.

DEMI LOVATO POUSSE UN COUP DE GUEULE CONTRE LES RUMEURS

Elle ajoute : « Si j’ai le sentiment que le monde doit savoir quelque chose, je le dirai MOI-MÊME. Sinon, que les gens arrêtent d’écrire sur ma guérison, parce qu’elle ne concerne personne d’autre que moi. Je suis sobre et reconnaissante d’être en vie et je m’occupe de MOI. Un jour, je dirai exactement ce qu’il s’est passé, pourquoi c’est arrivé et ce à quoi ma vie ressemble aujourd’hui. Mais en attendant que je sois prête à partager ça avec les gens, arrêtez s’il vous plaît de fouiner et d’inventer des choses dont vous ignorez tout. J’ai encore besoin d’espace et de temps pour guérir. », a-t-elle déclaré en toute honnêteté.

« J’aimerais éclaircir la situation sur toutes ces rumeurs mais je ne dois rien à personne donc je m’abstiendrai. Tout ce que mes fans doivent savoir, c’est que je travaille beaucoup sur moi, je suis heureuse, saine et je suis TRÈS reconnaissante pour leur soutien. Je suis bénie de pouvoir profiter de ce moment avec ma famille, de pouvoir me reposer, travailler sur mon état d’esprit, mon corps et mon âme et de revenir quand je serai prête. », ajoute la chanteuse.

Une crise interne lance un défi important à Mark Zuckerberg
Une crise interne lance un défi important à Mark Zuckerberg
//

Une crise interne lance un défi important à Mark Zuckerberg

L’entreprise Facebook, qui est déchirée cette année par des scandales, notamment autour de la manière de gérer les données privées de ses utilisateurs, connaît une nouvelle tempête, plus cachée, une crise interne, relate BuzzFeed News, en se basant sur sa propre enquête, ainsi que des commentaires anonymes d’actuels et anciens employés.

Cette année a été marquée pour Facebook par l’audition de son PDG Mark Zuckerberg devant la Chambre des représentants américains et le scandale des données collectées par Cambridge Analytica, puis, par une faille de sécurité compromettant potentiellement les données personnelles d’au moins 50 millions de comptes, mais il y a encore une autre crise qu’affronte le réseau social, indique BuzzFeed News qui a parlé avec plusieurs employés du réseau social qui préfèrent conserver l’anonymat. Il s’agit des tensions internes qui ne semblent pas être très bien gérées par la direction de Facebook, vu que depuis un an une douzaine de cadres exécutifs ont quitté l’entreprise.

Plus fort qu’Elon Musk: Mark Zuckerberg a perdu 16 milliards de dollars en deux heures

La crise interne de Facebook s’est aggravée surtout après celle liée à la société de relations publiques Definers, un cabinet engagé par le réseau social pour dénigrer ses opposants, selon l’enquête menée par BuzzFeed News. Cette affaire a fait surface dans un article publié par The New York Times, qui a largement critiqué la gestion de l’exécutif du réseau social.

Facebook a rompu le 13 novembre le contrat qui le liait à Definers, une société réputée proche des Républicains, précise le portail. Du côté des journalistes de The New York Times, on reprocherait également au patron de Facebook et à sa numéro deux Sheryl Sandberg d’avoir «ignoré les signes avant-coureurs» de soi-disant tentatives d’ingérence russe dans les élections américaines de 2016.

Cambridge Analytica dans le viseur d’une enquête du FBI

Mais BuzzFeed News est allé plus loin et a discuté de la crise interne de Facebook avec ses employés. D’après leurs commentaires, il semble que la société californienne soit divisée en plusieurs camps, surtout vu la légitimité remise en question de ses deux dirigeants, Mark Zuckerberg et la directrice des opérations en charge de la communication du groupe Sheryl Sandberg. Certains sont loyaux à Zuckerberg et Sandberg, alors que d’autres sont plutôt d’avis que tous ces scandales sont les preuves d’une crise profonde de l’entreprise. Enfin, des employés considèrent que les médias aggravent la situation qui n’est pas aussi critique.

«Cela est, pourtant, raisonnable, les personnes saines qui sont dans l’orbite de Mark se lancent dans une rhétorique anti-médias, en disant que la presse se coalise contre Facebook. C’est la mentalité du bunker. Ces personnes sont assiégées depuis 600 jours maintenant. Elles deviennent fatiguées, devenant excentriques, la seule stratégie de survie est de partir ou de s’engager complètement», selon un ancien employé cité par BuzzFeed News.

Plusieurs employés actuels et anciens décrivent une tension et, parfois même, une atmosphère hostile, à l’intérieur de l’entreprise, relève BuzzFeed News. Ils ont aussi confié que les salariés étaient divisés par leur attitude envers Sheryl Sandberg qui est blâmée pour les derniers problèmes de Facebook. Nombreux sont ceux qui appellent à sa démission, est-il ajouté.

Sur l’application semi-publique Blind qui permet aux employés de Facebook de discuter anonymement, les discussions deviennent vite tendues à la mention du nom de Sandberg. Un utilisateur a exprimé sa frustration contre ceux dans l’entreprise qui vénèrent Sandberg comme icône féministe et chef, relate BuzzFeed News.

«Il est venu le temps de se dresser contre ces faux champions opportunistes féministes. Donnez-moi des opportunités de réussir!! Je suis une victime!! En avant toutes [référence au livre de Mme Sandberg, ndlr]!!»

Respect de la vie privée: Mark Zuckerberg va tenter de rassurer les Européens

Ils sont attaqués par les autres, qui considèrent qu’elle est devenue une cible, constate le site. Parmi eux, Matt Jacobson, le directeur du département du développement du marché chez Facebook, qui a publié son opinion ouvertement.

«La joie maline coule profondément, surtout lorsqu’il s’agit de quelqu’un qui a réussi et qui a apporté autant avec elle», a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Afin d’essayer de calmer les médias et les critiques, Mark Zuckerberg a donné une interviewà la chaîne américaine CNN où il a expliqué qu’il n’envisageait aucune démission dans l’immédiat. Interrogé sur la possibilité de voir Sheryl Sandberg démise de ses fonctions, le fondateur de Facebook a avoué qu’elle était très importante pour l’entreprise.

«Sheryl est très importante pour cette entreprise et elle prend en charge beaucoup de choses sur les sujets les plus sensibles que nous avons à traiter. […] Je suis fier du travail que nous avons réussi à effectuer et j’espère que nous continuerons à travailler ensemble pendant des décennies.»

Facebook accusé d’avoir orchestré une campagne de dénigrement contre George Soros

En guise de conclusion, Mark Zuckerberg a résumé qu’une attention élevée sur les problèmes de Facebook serait toujours présente de par la grande diversité des possibilités de s’exprimer aujourd’hui, mais qu’il croyait dans le même temps en toutes les bonnes choses qui arrivent grâce à Facebook, dont le but est de connecter les personnes.

«De plus en plus de gens se font entendre. Je pense que c’est une bonne chose. Il va certainement y avoir des problèmes que nous aurons besoin de régler, mais je pense que pendant que l’on fait cela, il ne faut pas perdre de vue toutes les choses positives qui se passent aussi ici.»

LE DEVELOPPEMENT

Insuffisance de développement au Burundi cas des micro-entreprises.

Au Burundi,il ya une insuffisance de développement des micro entreprises et celles qu’on y trouve sont de petite taille,pas de main d’oeuvre qualifiée,pas des capitaux

Malheureusement cette insuffisance dans la grande part est dûe à la manque des investisseurs et des prêteurs qui peuvent contribuer leurs capitaux dans le développement de ces micro entreprises . Dans le 2è cas cette insuffisance est provoquée par la manque des entrepreneurs (ce sont eux qui ont des capacites entrepreneurs) mais ce problème dans quelques temps à venir il recevra la réponse car depuis longtemps au Burundi il n’y avait pas l’enseignement qui se base sur l’entrepreneuriat mais jusqu’a maintenant même dans les universités on a cette formation

A côté de cette insuffisance de développent au Burundi,on y rencontre aussi un taux chômage trop élevé pour les gens qui terminent leurs études des humanites

////

Belgique, Montenegro, Allemagne… le gilet jaune traverse les frontières

Dans de nombreux pays étrangers, des manifestants descendent désormais dans la rue, un gilet jaune sur le dos. Même si leurs revendications sont très diverses.

Si le mouvement des Gilets jaunespourrait s’émousser en France, il a déjà fait des émules à l’étranger. Pratique à porter, reconnaissable de loin et bien visible, facile d’accès – elle est souvent obligatoire dans les véhicules : la chasuble est devenue un symbole de la protestation. Tour d’horizon des différents pays où on l’a revêtue et où les motifs de colère sont très divers.

Belgique

C’est l’acte 3 de la mobilisation belge. Des milliers de personnes sont attendues ce vendredi dans les rues de Bruxelles pour manifester contre la politique sociale du gouvernement et pour le pouvoir d’achat. Des préoccupations semblables à celles des Gilets jaunes français, d’où le port de la même tenue. Les précédents rassemblements, vendredi 30 novembre et samedi 8 décembre, avaient aussi conduit à des débordements et des arrestations, mais dans des proportions bien moindres que de ce côté-ci de la frontière. Même hors de France, les Gilets jaunes poursuivent décidément partout Emmanuel Macron… présent à Bruxelles depuis jeudi pour un sommet européen.

Pays-Bas

Dans un pays dont les habitants n’ont pas l’habitude de manifester, des « gele hesjes » sont mobilisés depuis la mi-novembre. Âge de la retraite trop élevé (67 ans), mutuelles trop chères… là aussi, les revendications de ces Gilets jaunes néerlandais touchent au social. Avec un succès mitigé : le samedi 8 décembre, ils n’étaient pas plus de quelques centaines dans les plus grandes villes du pays.

Allemagne

Halte au « pacte de Marrakech » ! Pour s’opposer à ce texte de l’ONU, qui fixe une série de grands principes sur l’immigration, quelques milliers d’Allemands sont descendus dans la rue samedi 1er décembre, gilet jaune sur le dos, à l’appel notamment de l’organisation d’extrême droite Pegida. Si l’opposition à ce texte a aussi fait partie des revendications en France, les Gilets jaunes allemands et français partagent surtout l’envie d’être davantage entendus. Quitte à demander le départ de la chancelière Angela Merkel ou d’Emmanuel Macron. Des cheminots allemands, en grève pour réclamer des augmentations de salaire, ont par ailleurs enfilé un gilet jaune ce lundi.

Bulgarie

Du bleu… au jaune ! En Bulgarie, le prix de l’essence est aussi à l’origine d’importantes revendications depuis le début de l’année. Plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés dans la capitale, Sofia, dès le dimanche 11 novembre, avec un vêtement et des drapeaux bleus. Avant que des gilets jaunes n’apparaissent dans les cortèges le dimanche suivant, soit au lendemain de l’acte 1 de la mobilisation en France. Si le carburant est un peu moins cher en Bulgarie que chez nous, le salaire minimum n’y atteint que 260 € bruts, ce qui en fait le plus faible de tous les pays européens.

Catalogne

Le combat pour l’indépendance de la Catalogne passe au jaune. Des centaines de ses partisans ont enfilé un gilet de cette couleur le week-end dernier pour bloquer des autoroutes et perturber des péages. Ces « armilles grogues » (Gilets jaunes en catalan) comptent bien récidiver le 21 décembre, jour anniversaire des élections locales convoquées par le gouvernement espagnol pour mettre fin à la tentative de sécession de la Catalogne. Avec comme mot d’ordre le blocage économique total de la région.

Monténégro

Pour demander la fin des poursuites judiciaires visant deux de leurs leaders, quelque 2000 militants prorusses ont défilé dimanche dernier dans les rues de Podgorica, la capitale de ce petit pays frontalier de la Serbie. « Nous voulons rendre ce pays meilleur comme en France, c’est pour cela que nous portons des gilets jaunes », a expliqué un leader des manifestants, malgré des revendications qui n’ont rien à voir dans les deux pays.

Israël

Après un appel sur les réseaux sociaux, quelques centaines de manifestants portant des gilets jaunes ont protesté vendredi à Tel-Aviv et Jérusalem contre l’augmentation du coût de la vie. Les Israéliens ont appris cette semaine par la presse que les prix des produits alimentaires, de l’électricité, de l’eau et des abonnements téléphoniques, mais aussi les impôts locaux, allaient augmenter en 2019, sous l’effet de l’affaiblissement du shekel, la monnaie nationale, par rapport au dollar et à l’euro. Le pays est déjà connu pour le coût élevé de la vie.

Egypte

Et si limiter la vente de gilets jaunes empêchait l’organisation de manifestations ? Le régime du maréchal Sissi, en Egypte, vient d’interdire aux commerçants de vendre la chasuble, à moins d’obtenir l’autorisation de la police locale. « Ils ont peur de la contagion après les manifestations en France », ont témoigné plusieurs vendeurs.

/

Quand Johnny Hallyday « sollicitait en permanence » Nicolas Sarkozy

Dans un nouveau livre sur la famille Hallyday, écrit par le journaliste Benjamin Locoge, on apprend que Johnny sollicitait sans arrêt l’aide de l’ancien Président.

On les savait très proches avant 2012, on en sait désormais un peu plus sur le genre de relation qu’entretenaient Johnny Hallyday et Nicolas Sarkozy. Dans son livre La ballade de Johnny & Laeticia : made in rock’n’roll, le journaliste de Paris Match Benjamin Locoge confie quelques détails sur cette « amitié ».

C’est, selon l’ouvrage, régulièrement pour des questions d’argent que le Taulier faisait appel au président de la République de l’époque. Si Johnny Hallyday s’était assuré, avant sa disparition, « d’assainir sa situation bancaire au maximum », pour assurer leur héritage à Jade et Joy et leur éviter d’être « dans la mouise », pour ce faire, il sollicitait régulièrement l’aide de Nicolas Sarkozy.

« Combien de fois a-t-il été réveillé en pleine nuit par un Johnny qui s’inquiétait de ses impôts?! », explique une source, un ancien conseiller, à l’auteur du livre confidence. « Ils nous ont sollicités en permanence. Pour la cousine, la femme de ménage, le visa de la grand-mère, les impôts… Vous n’imaginez pas à quel point nous les avons aidés« . 

Mais entre les deux hommes, tout bascule en 2012, après la défaite de Nicolas Sarkozy face à François Hollande. « Quand Nicolas Sarkozy a perdu l’élection de 2012, Johnny a été le premier (…) à ne plus le soutenir, alors que le Président avait fait tout ce qu’il pouvait pour répondre à ses demandes les plus incongrues », ajoute la source.

///

Oscars 2019: La femme de Kevin Hart à la rescousse de l’acteur accusé d’homophobie

Kevin Hart a dû se retirer de la présentation de la prochaine cérémonie des Oscars après que des tweets jugés homophobes ont été exhumés. Il a depuis présenté ses excuses à la communauté LGBT ; cependant, selon son ex-femme, Torrei Hart, l’acteur n’est pas homophobe.

« C’est un comédien et il faisait juste une blague. Je le soutiens, je ne pense pas qu’il aurait dû s’excuser. Je pense qu’ils devraient toujours l’avoir comme présentateur. Je veux dire, qui vont-ils prendre ? Mère Teresa ? », a-t-elle déclaré à Inside Edition.

« L’une de mes plus grandes craintes, c’est que mon fils devienne gay en grandissant »

Cependant, la suite de la défense de Torrei Hart est quelque peu maladroite. Lorsqu’on lui demande si elle pense que Kevin Hart accepterait que son fils soit homosexuel, sa réponse est un brin ambiguë. « Je ne pense pas, bien sûr, qu’il veuille d’un fils gay. Bien sûr, vous voulez que votre fils soit comme vous, mais je pense vraiment que si notre fils devenait gay, je ne pense pas qu’il serait homophobe. Je pense qu’il l’accepterait et l’aimerait de la même manière », a-t-elle ajouté.

La question faisait référence aux propos que Kevin Hart avaient tenu dans Rolling Stone en 2015. « L’une de mes plus grandes craintes, c’est que mon fils devienne gay en grandissant. C’est une crainte. Notez bien que je ne suis pas homophobe… Soyez heureux. Faites ce que vous voulez », avait-il déclaré. Pas sûr que tout ceci arrange les affaires du comédien.

///

Bohemian Rhapsody est la chanson du 20e siècle la plus streamée

Le groupe Queen est toujours au sommet. Bohemian Rhapsody est aujourd’hui la chanson du XXème siècle la plus jouée en ligne, avec 1,6 milliard de streams sur les différentes plateformes.

Le groupe de rock anglais continue de déchaîner les passions !

Long Live The Queen

Après la sortie couronnée de succès du film Bohemian Rhapsodysur la vie de Freddie Mercury, Queen continue de marquer l’actualité avec un record historique.

Universal Music Group annonce dans un communiqué que Bohemian Rhapsody, le titre opéra-rock emblématique du quatuor, est aujourd’hui la chanson composée au XXème siècle la plus streaméesur les plateformes numériques avec 1,6 milliard d’écoutes, dont 600 millions sur Spotify et 750 millions de visionnages du clip sur YouTube.

Le titre, long de 6 minutes, avait effrayé la maison de disques du groupe à sa sortie en 1975. 43 ans plus tard, le public a donné raison au caractère visionnaire de Queen et fait de Bohemian Rhapsody la chanson rock la plus écoutée en ligne de tous les temps.

//

Royaume-Uni : Theresa May remporte le vote de défiance

La Première ministre a remporté le vote de défiance organisé au sein de son parti grâce au soutien de 200 députés. Elle se retirera avant 2022.

Victoire pour Theresa May. Elle a survécu à un vote de défiance organisé par son parti, hostile à son accord pour le Brexit conclu avec Bruxelles. Mais avec plus d’un tiers des députés l’ayant désavouée, le combat s’annonce acharné pour faire passer le texte décrié au Parlement. Le Première ministre britannique a obtenu le soutien de 200 députés conservateurs, contre 117 souhaitant la voir partir malgré sa concession faite aux brexiters à l’origine de la tentative de renversement qu’elle comptait quitter ses fonctions avant les législatives de 2022.

«  Le parti parlementaire a bien confiance en Theresa May comme leader du Parti conservateur  », a déclaré Graham Brady, président du Comité 1922, responsable de l’organisation interne des conservateurs, où était organisé le scrutin à bulletin secret déclenché par au moins 48 députés conservateurs, soit le seuil requis de 15 % du groupe parlementaire. Cette victoire, qui a fait monter la livre sterling, signifie que les tories ne pourront plus chercher à déloger Theresa May pendant un an. Mais sa courte majorité constitue également un camouflet.

«  Un résultat terrible  »

« C’est un résultat terrible pour la Première ministre  », a commenté sur la BBC Jacob Rees-Mogg, député ultra-europhobe, en l’appelant à «  démissionner d’urgence  ». Dans une courte déclaration devant Downing Street en matinée, Theresa May s’était montrée combative, annonçant qu’elle se battrait «  de toutes ses forces  » pour rester en place et «  finir le travail  » sur le Brexit.

Si elle devait quitter Downing Street, son remplaçant choisi au sein des conservateurs «  n’aurait pas le temps de renégocier  » avec l’UE et cela risquerait de «  retarder, voire d’arrêter le Brexit  », prévu le 29 mars 2019, a-t-elle averti. «  Personne n’est mieux placé pour faire en sorte que nous mettions en œuvre la volonté du peuple de quitter l’Union européenne  », avait affirmé avant le vote le ministre pro-Brexit de l’Environnement, Michael Gove, soulignant qu’elle partirait «  quand elle le décidera elle-même  ».

Comme Michael Gove, plusieurs membres de son gouvernement s’étaient rapidement rangés derrière elle, multipliant les témoignages publics de soutien, y compris ceux dont le nom est évoqué pour lui succéder. Mais le casse-tête du Brexit n’en serait pas pour autant terminé. Theresa May participera jeudi et vendredi à un sommet européen à Bruxelles, qui tournera encore autour du Brexit, où elle tentera désespérément d’arracher aux dirigeants européens des «  assurances  » sur l’accord de Brexit à même de répondre aux inquiétudes du Parlement britannique, vent debout contre le texte.

L’accord de Brexit est vilipendé tant par les «  Brexiters  » craignant un arrimage permanent du Royaume-Uni à l’UE que par les europhiles espérant encore pouvoir faire marche arrière. Les brexiters conservateurs, comme l’allié nord-irlandais de Theresa May, le petit parti unioniste DUP, contestent en particulier la solution dite de «  backstop  » ou «  filet de sécurité  » qui doit créer provisoirement un «  territoire douanier unique  », englobant l’UE et le Royaume-Uni, pour éviter le retour d’une frontière physique entre l’Irlande et l’Irlande du Nord après le Brexit.

Pas de renégociation

Theresa May a déjà rencontré mardi plusieurs dirigeants européens, dont la chancelière allemande Angela Merkel, le président du Conseil européen Donald Tusk et celui de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, pour tenter d’obtenir des garanties que le backstop était «  temporaire  ». Face à la perspective d’un cuisant échec, elle avait annoncé lundi, à la dernière minute, le report du vote sur l’accord prévu le lendemain, promettant de le soumettre à nouveau aux députés avant le 21 janvier. La partie reste toutefois loin d’être gagnée.

Mercredi, Angela Merkel a déclaré avoir toujours «  l’espoir  » qu’un terrain d’entente soit trouvé pour permettre une sortie «  ordonnée  » du Royaume-Uni, mais prévenu que l’accord trouvé ne serait pas modifié. Paris est sur la même longueur d’onde : pas question de renégocier. Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar et Donald Tusk ont réaffirmé qu’il s’agit d’un «  accord équilibré et de la meilleure solution possible  », selon un communiqué diffusé par Dublin après leur entretien téléphonique dans la soirée.

Le gouvernement de Theresa May est également sous la menace du dépôt d’une motion de censure par le Parti travailliste, principale formation d’opposition, avec le soutien des indépendantistes écossais du SNP. Son chef Jeremy Corbyn, furieux, a accusé Theresa May de mépriser le Parlement lors de la séance hebdomadaire de questions au chef du gouvernement.

Quels scénarios pour le Brexit ?

Si le texte est rejeté lors du vote du Parlement, le gouvernement aura 21 jours pour indiquer ce qu’il compte faire. D’autres scénarios d’accord, tel celui sur le modèle de la Norvège, qui dispose d’un accès au marché unique sans être membre de l’UE, sont évoqués comme susceptibles d’obtenir le soutien d’une majorité de députés. Mais cela signifierait dans tous les cas une nouvelle discussion avec Bruxelles.

Si le texte est rejeté par la Chambre des communes, cela pourrait entraîner un Brexit sans accord au 29 mars 2019. Les relations économiques entre le Royaume-Uni et l’UE seraient alors régies par les règles de l’Organisation mondiale du commerce et une multitude de contrôles douaniers et réglementaires devraient être mis en place en urgence. Theresa May assure que son gouvernement «  accélère les préparatifs  » en vue de cette hypothèse, redoutée tout particulièrement des milieux économiques. Cela entraînerait une chute de la livre et plongerait les entreprises dans l’incertitude.

Pénurie de médicaments, embouteillages monstres aux abords des ports, avions cloués au sol, perte de croissance… Ces perspectives sont balayées par certains députés de la majorité pour qui «  une absence d’accord vaut mieux qu’un mauvais accord  ».

Une démission en cas de rejet ?

Une arrivée au pouvoir de Jeremy Corbyn, le leader travailliste résolument ancré à gauche, est la perspective qu’agite Theresa May pour convaincre les députés de son camp de se ranger derrière elle.

Vers un nouveau référendum ?

La Première ministre a toujours fermement rejeté la perspective d’un second référendum, souhaitée par bon nombre d’europhiles dans l’espoir qu’il inverse le résultat de la consultation du 23 juin 2016, qui avait adopté le Brexit avec 52 % des voix. Le Labour a prévenu qu’au cas où de nouvelles élections ne seraient pas à l’agenda, il pourrait se positionner en faveur de l’organisation d’un tel scrutin, une hypothèse qui pourrait alors disposer du soutien d’une majorité hétéroclite à la Chambre des communes.

La mise en œuvre d’un nouveau vote prendrait toutefois des mois et repousserait la date du divorce. Enfin rien ne dit qu’une telle consultation donnerait un résultat différent, les sondages n’enregistrant qu’une légère avance pour le vote europhile.